Etes-vous somniloque ?

0
97
Parler en dormant

La somniloquie est un trouble faisant partie des parasomnies, c’est le fait de parler en dormant, plus ou moins fortement, allant de simples mots à de longues phrases plus ou moins compréhensibles.

La somniloquie n’est pas vraiment considérée comme une maladie, dans la mesure où elle engendre peu de souffrance ou de gêne du dormeur et de son voisin de lit, contrairement au ronflement, en dehors d’un possible dérangement sonore et de la divulgation de secrets. C’est pourquoi la somniloquie reste un phénomène mystérieux et très peu étudié par les scientifiques bien qu’elle présente un intérêt certain.

Marmonnements, cris, murmures, rires

Notre sommeil est parfois bruyant. Si la plupart des sons que nous émettons en dormant sont incompréhensibles, il arrive parfois que nous prononcions des phrases parfaitement intelligibles. Une vaste étude française a ouvert une fenêtre sur nos rêves en collectant plus de 200 enregistrements de paroles prononcées pendant la nuit.
C’est un phénomène d’apparence assez courant. 71% des hommes et 75% des femmes expliquent avoir au moins une fois dans leur vie parlé dans leur sommeil. Cela arrive presque à tout le monde. “Cependant, modère Ginevra Uguccioni (neuropsychologue à la Piété Salpêtrière), seuls 1,5% des personnes en souffrent quotidiennement”. La plupart du temps, les personnes somniloques sont aussi somnambules ou présentent un TCSP. Les somniloques purs sont en fait assez rares et ils ne consultent pas leur médecin.

Cela ne veut pas dire que vous dormez mal, ni que vous êtes somnambule

A tort, on a tendance à croire qu’un somniloque dort mal. Parler la nuit n’a en fait aucune conséquence sur votre sommeil. “La qualité du sommeil n’est pas détériorée par le fait de parler en dormant. La somniloquie ne réveille pas la personne, le somnambulisme en revanche, oui. Ainsi, on peut parler toute la nuit sans être fatigué le matin”. Parler dans son sommeil arrive même plus souvent en cas de sommeil profond : “on peut être somniloque dans tous les stades du sommeil. Cela arrive surtout dans le sommeil profond et paradoxal”, affirme encore la chercheuse. Si vous parlez la nuit, vous n’êtes pas malade. La somniloquie n’a aucune conséquence sur votre santé : “La somniloquie est considérée comme une variante de la normale, ce n’est pas une pathologie”, explique Ginevra Uguccioni. “Un somnambule ouvre les yeux, fait des mouvements, un somniloque ne se réveille pas, ne se met pas en danger.”

Que pouvons-nous y faire ?

Et bien … rien ! Si ce n’est acheter des bouchons d’oreille … La somniloquie n’est pas considérée comme une maladie : il s’agit d’un trouble bénin. Par conséquent, elle ne nécessite pas de traitement. Toutefois, il existe des facteurs favorisant la survenue de ce type d’événements, telle que la fatigue, le stress, la fièvre, une activité musculaire trop tardive dans la journée, la prise d’alcool ou de tout autre substance psychoactive … Les enfants plus que les adultes ont tendance à parler la nuit. Très souvent en grandissant, la somniloquie disparaît comme le somnambulisme. Si cela continue, « le seul risque sera de réveiller son conjoint et de dire des choses désagréables ». Il faut consulter un médecin quand ces bavardages nocturnes sont associés à un autre trouble du sommeil.